Et de six !

Publié le par mémère

Je viens de réaliser que Choupinette aurait « dû » commencer aujourd’hui sa sixième année d’école… elle n’a même pas 8 ans, et le temps a passé si vite… des liens si forts se sont construits entre nous, une telle complicité, nous nous connaissons si bien, qu’en serait-il si… ?
 
Déjà 6 ans de gagnés, nous disions-nous ce matin. En tous cas, déjà 6 ans qui ne seront pas perdus :-)
 
Je profite de mon exceptionnelle ardeur à bloguer pour vous inviter à aller lire Rentrée scolaire sur l’excellent blog de Bernard Collot. Je suis simplement heureuse que nous n’ayons pas vécu ça.

Aux infos de midi, des petits hurlant à l’entrée en PS, tout le monde trouvait ça normal, à 3 ans faut bien s’arracher quand même… dernière image, une petite fille de 6 ou 7 ans, hurlant elle aussi alors que l’instit la faisait rentrer de force dans la classe avant de fermer la porte, et le commentaire goguenard du présentateur « ah ah elle vient sans doute de réaliser qu’elle en a encore pour une quinzaine d’années ! ».
 

Publié dans libres d'école

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Princesse Petit Pois 11/09/2007 20:12

La petite, tu veux dire, à faire le guet à a fenêtre? Oui, c'était dur pour elle, pour moi aussi, d'ailleurs, je courrais sitôt le boulot fini pour arriver plus vite. Et pourtant les filles la gardait dans les bras, elles ne l'ont jamais laissé pleurer seule, elle ont même fait plusieurs réunions pour voir comment s'occuper mieux d'elle... Rien à faire, et tant mieux, je n'aurai pas aimé qu'elle capitule, qu'elle se résigne. Pour ce qui est des enfants qui ne s'y font pas, oui que de violence générées, que d'adultes encore malades de leur scolarité...

mémÚre 12/09/2007 08:38

Oui, la petite ;-)

Princesse Petit Pois 06/09/2007 08:45

S'y faire.... Ma grande est allée sans l'ombre d'un souci à la halte garderie vers 10/11 mois. Elle adorait y aller, le personnel était vraiment à l'écoute, c'était super.Ma petite ne s'y est jamais faite, jamais. Je la laissait une heure, elle pleurait une heure, je travaillais le mercredi matin, elle passait la matinée entre pleurs et guet à la fenêtre. On m'a demandé d'être patiente, qu'elle s'y ferai, j'ai patienté un bon mois...Puis j'ai demandé à ma belle soeur de la garder, à la maison. Là il n'y a jamais eut de problème, donc, non, certains enfants ne "s'y font" jamais...Et que leur propose t on?Princesse Petit Pois

mémÚre 06/09/2007 10:05

Elle a été persévérante, ta grande ;-)Comment font ceux qui "ne s'y font pas" et à qui on ne propose rien d'autre ? Il y a bien des façons d'exprimer cette violence, contre soi-même ou contre les autres...

lysalys 05/09/2007 19:52

Tiens je me suis fait la même réflexion en regardant les infos. Je me suis dit que non, ce n'était pas obligé, que non, ils pouvaient ne pas s'y faire (Mi a pleuré de longs mois, paraissait que c'était normal... et n'a jamais aimé l'école ..). Et là je me suis dit que certains parents ignoraient encore qu'on pouvait faire autrement, que d'autres n'avaient qu'à demi le choix et que d'autres s'en fichaient sans doute, mais que j'étais rûdement contente d'avoir deux enfants qui abordaient la rentrée en souriant ! "Bonne rentrée" à vous ! ;)

mémÚre 06/09/2007 10:03

On peut s'y faire, on peut aussi comprendre que ça ne sert à rien de pleurer ou de protester, on peut comprendre à 3 ans que ça ne servira jamais à rien de protester...

Princesse Petit Pois 05/09/2007 10:30

Mon Grand Pois a fait sa rentrée hier. J'avoue que j'appréhendais pas mal. Après la perle de maitresse qu'elle a eut l'an passé, avoir une enseignante du type de celles dont j'entends parler autour de moi, brrrrrrrrrr. Alors pour les qualités de l'enseignement, on va attendre un peu de voir ce qu'elle propose. Par contre pour l'accueil, chapeau. Le matin à une maman dont le petit pleurait beaucoup : "Aujourd'hui vous pouvez rester avec lui une partie de la matinée si vous voulez", à un enfant qui n'arrivait pas à laisser partir sa maman : " Si tu veux, l'atsem (dont j'ai oublié le prénom), peut venir avec toi jusqu'au portail si tu veux dire au revoir à ta maman".Je sais que ça ne parait pas grand chose mais pour moi, c'est accepter d'individualiser les besoins d'un enfant unique même dans un groupe. Bref ça m'a fait du bien même si ma grande m'a à peine dit au revoir, pressée de rejoindre son grand copain de l'an passé qu'ils ont pris soin de mettre dans sa classe cette année...À la sortie, j'ai discuté avec la maitresse et elle semble tout à fait ravie du type de fréquentation atypique de ma pepette : 4 matinées par semaine. Elle m'a dit en substance que les journées des enfants étaient plus longues que celles de leurs parents et que la fatigue n'aidait pas les apprentissages, et aussi qu'une enfant de moins les après-midis et le mercredi matin, c'était autant de temps pour les autres.Bref, je suis juste priée de l'appeler si un jour elle se réveille trop tard et de la prévenir si elle ne vient pas d'une semaine ou deux, ce qui me parait le minimum exigeable en matière de politesse...Princesse Petit Pois, bien soulagée et qui va pouvoir continuer tranquillement Montessori à la maison.

mémÚre 06/09/2007 10:02

Super :-)))C'est comme ça que ça devrait toujours être...