*~* Non sco et regard des autres *~*

Publié le par mémère

A première vue, le regard des autres, j’aurais tendance à dire que je m’en fiche.
Examinons la chose d’un peu plus près ;-)
 
D’abord, il y a « autres » et « autres ». Il y a la foule indistincte des autres, et puis il y a euh, les proches ? Non, il y a, ma mère. Je ne sais pas d’ailleurs pourquoi je me soucierais davantage de son regard à elle, que de celui de tous les autres ? Je sais bien depuis tout ce temps que son regard n’a rien de pertinent et que je n’ai pas à en tenir compte. Faut croire qu’on ne se libère pas comme ça de l’emprise maternelle, même avec 1000 km de mou (qui ne font d’ailleurs que 5h30 en TGV). Ma mère qui fait celle qui n’ose pas dire ce qu’elle pense mais qui mine de rien, en balance une de temps en temps. Concernant la non sco, qui lui a quand même fait très peur au début bien qu’elle n’en ait (prudemment) laissé voir qu’une partie, je croyais le problème complètement réglé, preuves à l’appui. Pas tout à fait, mais bon. Même si ça m’énerve de temps en temps, ce n’est pas très important.
 
Les autres autres, je ne m’en suis jamais vraiment souciée. J’ai très exceptionnellement entendu des remarques négatives, et de personnes venant desquelles ça m’aurait plutôt rassurée ;-) La seule chose un peu pénible avec les années, c’est de devoir à chaque fois réexpliquer (nan l’école n’est pas obligatoire c’est l’instruction qui l’est nan je lui fais pas l’école elle a que 7 ans c’est pas comme ça que ça se passe oui elle rencontre d'autres enfants elle a des copines), quand je suis en forme je me fais un plaisir de dire qu’elle ne va pas à l’école si l’occasion s’en présente, mais si ce n’est pas nécessaire je ne dis rien (et j’écoute sereinement les autres mamans se plaindre de l’école ;-). Nous avons même quelques admiratrices :-D
 
En conclusion, nous (notre famille) n’a pas eu jusqu’à présent de raison de craindre ou de souffrir du regard des autres. Je crois qu’en général les regards négatifs sont plutôt induits par la propre peur de celui qui regarde (« et si ce n’était pas moi qui avais raison ? »). Peut-être qu’il suffit d’être soi-même à l’aise avec son choix pour qu’il s’impose tranquillement aux autres.
 
 
Edit : je m’aperçois que je n’ai envisagé le regard des autres que de mon point de vue, et que j’ai oublié celui de Choupinette (un comble !). Bon, ça ne la dérange pas quand c’est moi qui dis et qui explique, mais d’elle-même elle ne tient pas trop à le faire. Je ne sais pas ce qu’elle répond quand on lui pose des questions en mon absence (genre : t’es en quelle classe ?), je pense qu’elle esquive. Je pense qu’elle est plus gênée par rapport aux autres enfants que par rapport aux adultes, peut-être parce qu’elle ne se sent pas encore « capable » d’argumenter sa « différence » ?
 
 
Ecrit pour la 7ème édition de la Farandole Sans Ecole
 

Publié dans Farandole Sans Ecole

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

benedicte 16/08/2007 14:50

difficile de trouver la réponse lol

marion 16/08/2007 11:31

ben la poule !euh non, l'oeuf !ou peut-être la poule :-)))))

benedicte 16/08/2007 09:20

"Je crois qu’en général les regards négatifs sont plutôt induits par la propre peur de celui qui regarde (« et si ce n’était pas moi qui avais raison ? »). Peut-être qu’il suffit d’être soi-même à l’aise avec son choix pour qu’il s’impose tranquillement aux autres."
complètement d'accord! j'ai remarqué que les gens se sentent presque obligés de se justifier, ils se sentent attaqués on dirait. D'ailleurs, le reproche sous-jacent est souvent "vous vous croyez mieux que les autres". Bein non, pourtant ;-)
oui, aussi, je pense que pour faire accepter ses choix sereinement, il faut que le propre regard que l'on porte sur soi, sa vie, les choix qui en découlent (à moins que ce ne soient les choix qui viennnent en premier :-D chez moi, souvent, le choix s'impose de lui-même ;-) ) bref que le regard que le regard que l'on porte sur soi soit positif et serein. S'aimer, s'accepter, c'est par ricochet, se faire accepter des "autres".

mémÚre 16/08/2007 09:42

Ah oui, la vie, les choix, la poule ou l'oeuf ?

lysalys 15/08/2007 08:46

Lorsque j\\\'ai vu le sujet, je me suis dit que nous allions ou bien raconter chacune notre histoire ou bien dire plus ou moins la même chose et finalement non, pas du tout. Chacune accentue quelque chose, comme toi avec ce regard différemment perçu selon la personne qui nous l\\\'adresse...  Il est vrai que le regard de nos proches peut davantage blesser que celui d\\\'un inconnu. N\\\'empêche pas sérieux d\\\'avoir oublié choupinette ;) Heureusement que tu t\\\'es rattrapée ! Moi, je m\\\'en fiche, je suis restée gé-né-ra-le, na d\\\'abord !

mémÚre 15/08/2007 08:59

Oui c'est très chouette cette Franadole, ça permet d'aller bien plus loin dans la façon dont chaque famille vit l'ief :-)

marion 14/08/2007 10:43

chouette commentaire, que je partage complètement.et c'est vrai que certaines remarques négatives me rassurent quand je vois de qui elles viennent :-))

mémÚre 15/08/2007 08:58

N'empêche que c'est parfois surprenant. J'ai eu des réactions enthousiastes de la part de personnes de qui je ne les attendais pas du tout...