Magic Park

Publié le par mémère

Hier Choupinette était invitée à l’anniv d’une de ses copines, c’était à Magic Park, hangar rempli de structures gonflables et d’un immense trampoline. Assez bonne idée d’ailleurs, en tous cas Choupinette a adoré et s’est fait des mollets en béton.
 
L’événement étant prévu de 14h à 17h30, les mamans ont déposé leur progéniture à peu près à l’heure dite et se sont vite enfuies, prétextant de multiples petites choses à faire. N’est restée que moi pour tenir compagnie à la maman de la fêtée. Je me serais bien aussi octroyée une après-midi de folie, même que j’y avais plus droit que les autres vu que moi, j’ai mon enfant toute la journée tous les jours. Mais bon, c’est aussi un peu ma copine et je me sentais pas de la laisser gérer 13 gamins toute seule tout l’après-midi même s’ils étaient pas mal occupés par ailleurs. Mon bon cœur me perdra.
 
Je passe sur la débauche de cadeaux inutiles, sur les sacs-poubelle remplis d’emballages arrachés à la va-vite par une petite fille complètement blasée, de gobelets, assiettes, serviettes ayant à peine servi…
 
Quelques mamans courageuses ont commencé à revenir une heure avant la récupération officielle de progéniture surexcitée, et c’est là que je me suis rendue compte que nous avions finalement assez peu de sujets de conversation en commun. Laquelle conversation tournait essentiellement autour des problèmes scolaires de ces gamins de plus ou moins 7 ans, qui semblent n’avoir que ça dans leur vie.
 
Une telle a changé son gamin d’école après qu’il ait été par deux fois « oublié » par la maîtresse à l’extérieur des locaux.
 
Une autre s’étonne qu’il y ait déjà des notes en CP, mais on lui répond que c’est pour qu’ils s’y habituent. Se félicite qu’il n’y ait pas encore de classement, ils sont trop jeunes encore.
 
On a repris tous ses bons points (et même une image) à la petite Marie parce qu’elle n’avait pas été sage. On les lui rendra si elle est gentille.
 
Comment dire… j’ai l’impression qu’on ne vit pas dans le même monde, comme si j’étais en visite dans un pays à la culture différente, ayant perdu mes repères, ne sachant pas trop quoi dire… j’ai tenté quelques interventions, mais le sens de ce que je disais avait l’air de leur échapper complètement, plutôt mes mots avaient pour elles un autre sens que celui que j’avais voulu leur donner.
 
Heureusement les enfants étaient à 100 lieues des soucis maternels les concernant et leur imaginaire commun peuplé de princesses, de chevaliers et de pouvoirs magiques n’avait que faire de ces histoires d’école :-)
 
Finalement c’est pour les parents des enfants non sco que la socialisation est parfois délicate, je sens que je dérange souvent les mamans des copines de Choupinette et c’est difficile d’entrer dans une vraie relation. Pourtant je ne cherche à convaincre personne, je me contente souvent de répondre que ma fille ne va pas à l’école quand on me demande dans quel établissement elle est, ou dans quelle classe, mais c’est rare que la discussion aille plus loin, ce qui n’est pas le cas avec des personnes qui n’ont pas/plus d’enfant d’âge scolaire. Peut-être que c’est trop déstabilisant, que le fait de poser des questions, donc de se poser des questions, les mettrait en danger dans leur vie organisée autour de l’acceptation de la normalité sociale ?
 

Publié dans libres d'école

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

avanaé 05/02/2007 17:47

Hu , hu... He'm ! Ouais , comme je connais ça ! ;-))Heureusement pour moi, Zoé n'aime plus ce genre d'événements,ouf...! :-))Ca ne l'empêche pas de voir des enfants, nooon... Mais des enfants blasés de cadeaux ,là , avec anniv' organisé comme si c'était ,heu... comme si c'était à organiser ,justement ...Rassure-toi , (je plaisante) , tu peux connaitre la même situation sans être pour autant non sco...Et inversement d'ailleurs...En ce qui me concerne ,je "dérangeais" bien avant , et j'étais maman d'enfant scolarisée , (la pauvre...), et j'étais instit. mais d'esprit critique,le truc dingue, t'imagines même pas !  Alors en effet, c'est pas pour reproduire ...l'école chez moi...Avec mon parcours, j'aurais pô pu  ! ;-)

la fée Viviane 05/02/2007 08:54

Longtemps, je n\\\'ai pas été consciente que cela destabilisait mes soeurs qui avaient des enfants sensiblement du même âge que les miens, et créait des tensions entre nous. Sans pourtant faire de prosélytisme, le fait de se poser des questions et d\\\'agir autrement, remet  les autres systématiquement en cause.
 Pour les diverses rencontres de tous les jours j\\\'ai fini par adapter mon discour, passant de mes enfants ne vont pas à l\\\'école, à, nous faisons l\\\'école à la maison qui passait beaucoup mieux. C\\\'était une bien meilleure sensibilisation, qui prenait moins les gens de front et permettait de nouer des relations plus facile sans les bousculer.

mémÚre 05/02/2007 09:01

Oui, moi aussi j'ai eu une période "on fait l'école à la maison", mais j'ai plus envie... c'est vrai que le "elle va pas à l'école" fait plonger dans le vide alors que "l'école à la maison", c'est juste transposer quelque chose de connu....