La non sco c’est pas tout rose (suite)

Publié le par mémère

Alors, qu’y a-t-il encore de pas si facile à vivre au quotidien avec un enfant jamais à l’école ?

J’ai failli parler de la désormais célèbre mais néanmoins surfaite socialisation. Bon, j’en parle. En fait il y a deux aspects. Il y a celle que les autres vous jettent à la face dès qu’on parle de non sco, genre le pauvre enfant surprotégé par sa môman, enfermé dans son placard et empêché d’aller découvrir la mixité sociale, celle qui épanouit tout être normalement constitué. Etant donné que je parle aujourd’hui des inconvénients de la non sco vue de l’intérieur, je ne développerai pas un nième argumentaire tendant à démontrer que l’enfant instruit dans sa famille peut être au moins autant socialisé que les autres. Je parlerai plutôt de la difficulté à satisfaire le besoin de Choupinette à rencontrer d’autres enfants et jouer avec ses copines (oui, copines, exclusivement, elle mixe seulement socialement).

Elle a exprimé elle-même ce désir depuis ses 3 ans environ. Comme on a quitté la campagne pour la ville (oui je sais ça peut paraître bizarre mais c’est un choix provisoire – une étape on va dire), la solution la plus évidente en l’absence de petites voisines était l’inscription aux fameuses zactivités zextérieures que (presque) tout parent non scolarisant s’efforce de rechercher. Et ça a marché J Choupinette s’est fait quelques copines qu’elle garde encore plus de 3 ans après. Bon, faut dire qu’on les économise aussi, et c’est plutôt là qu’est le problème, enfin, un des deux problèmes posés par ce système. Pas facile de dégager du temps pour jouer avec les copines scolarisées, qui n’habitent pas juste à côté. Mmmm… en fait le problème est plutôt que comme Choupinette a beaucoup de temps pour jouer, elle aimerait bien passer une plus grande partie de ce temps à jouer avec ses copines que toute seule. D’où une notion somme toute assez récente, l’ennui. Jusqu’à il y a quelques semaines, elle ne s’ennuyait jamais, ou alors elle arrivait à gérer toute seule son ennui. Mais depuis quelque temps, ça lui arrive plus souvent de dire qu’elle s’ennuie. Peut-être aussi parce que moi je me rends moins disponible… zut c’était le sujet précédent L Bon, disons que depuis quelques temps j’ai plus de mal à gérer son ennui ;-)

Bon et puis le deuxième problème avec ces zactizexts, c’est que ça nous bouffe quand même pas mal de fins d’après-midi (forcément, après l’école), et ça « casse » la journée. Ce qui rend difficile aussi les rencontres avec les autres familles non sco du département, qui en plus sont assez dispersées. On y arrive, mais c’est pas régulier. Je précise que c’est Choupinette qui a choisi ses activités et qu’elle n’a voulu en abandonner aucune cette année, même si parfois elle est bien contente d’avoir une journée non act ;-) 

Publié dans libres d'école

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Phoebe 17/01/2007 12:36

L'enui, on (ils) connai(ssen)t pas tellement.. par contre, on n'échappe pas aux bagarres / conflits en tous genres.... Je me demande si je n'échangerais pas pendant un petit moment un coup de poney contre une série de bagarres dès le lever, t'es preneuse D) ?

mémÚre 18/01/2007 10:01

Attends je réfléchis ;-)