La tête sur le billot

Publié le par mémère

Le projet de loi sur la protection de l’enfance déjà approuvé en première lecture au sénat, sera discuté mardi, mercredi et jeudi à l’Assemblée. Messieurs Fenech et Vuilque, ennemis des libertés, ont sournoisement déposé vendredi un lot d’amendements correspondant aux propositions de leur commission.
 

ARTICLE ADDITIONNEL

APRÈS L'ARTICLE 17, insérer l'article suivant :

Le début du premier alinéa de l’article L. 131-10 du code de l’éducation est ainsi rédigé :
« Les parents dont les enfants sont soumis à l’obligation scolaire doivent pour bénéficier de l’instruction à domicile, justifier d’un état de santé ou d’un handicap de leur enfant, d’un déplacement de la famille ou de toute autre raison réelle et sérieuse. Cette instruction ne peut être dispensée au même domicile à plus de deux familles. Les enfants concernés sont l’objet dès la première année et chaque année d’une enquête de la mairie compétente…(le reste sans changement). »
 
-> Interdiction de ne pas scolariser sauf maladie ou handicap. Contrôle social tous les ans (des fois qu’on serait assez tordus pour être sectaires une année sur deux).
EXPOSÉ SOMMAIRE

Cet amendement a pour objet de préciser les cas où l’instruction à domicile est possible, sans remettre en cause la liberté de l’enseignement.
 
-> AH AH AH ! J’aime cet humour ! Sans remettre en cause la liberté de l’enseignement ! A répéter 200 fois de suite pour s’en persuader (méthode Coué).
 
 
ARTICLE ADDITIONNEL

APRÈS L'ARTICLE 17, insérer l'article suivant :
Le troisième alinéa de l’article L. 131-10 du code de l’éducation est complété par une phrase ainsi rédigée :
« Il vérifie que les familles ont recours aux instruments pédagogiques offerts par le centre national d’enseignement à distance ou par un organisme privé d’enseignement à distance. »

-> Interdiction du choix pédagogique. Programme imposé, méthodes imposées. Tout le programme de l’EN en perfusion.
 

ARTICLE PREMIER

Après la première phrase de l’alinéa 18 de cet article, insérer la phrase suivante :
« Quant aux enfants scolarisés à domicile ou dans des établissements d’enseignement privés hors contrat, ils sont soumis chaque année à un examen médical effectué par un médecin de l’éducation nationale. »

-> Ah tiens, ils vont être contents nos médecins de famille de savoir qu’ils sont incompétents à examiner nos enfants. Bon sang mais c’est bien sûr, c’est pour vérifier qu’il n’y a pas eu de certificat médical de complaisance pour truander l’inspecteur et obtenir l’autorisation ! Hin hin hin vous croyiez encore pouvoir y échapper, petits malins…
 

Ca commence demain.
Autant dire qu’il nous reste peu de temps pour réagir. Ces joyeusetés risquent d’être votées les yeux fermés par la poignée de députés qui seront présents, tout ça dans l’indifférence générale. L’amendement 129 demande que ces mesures soient effectives à la prochaine rentrée scolaire.
Merci d’aller signer ici : http://fr.cpli.eu si ce n’est pas déjà fait. Ou alors attendez poliment qu’on vous greffe directement une puce dans le cerveau.
 

Publié dans ils nous auront pas

Commenter cet article

yael 14/01/2007 18:06

Et le 146, là, sur les visites médicales, qu'est-ce qu'il est devenu ?

mémÚre 14/01/2007 21:12

Il est tombé aussi :-)

Phoebe 09/01/2007 01:24

Tu as raison, on devrait aller vomir sur ceux de Rudy Salles, Fenech and co....

pepitedechocolat 08/01/2007 20:13

Comme tu dis Phoebe... Et moi qui étais contente d'avoir échappé à la gastro...  :-(( 

mémÚre 09/01/2007 00:09

Pourriez pt'êt' aller faire ça ailleurs les filles ?J'aimerais bien qu'on arrête de gerber sur mon blog :-(

Phoebe 08/01/2007 17:38

J'ai envie de vomiiiiiiir !