Fiche de lecture : l'école à la maison, c'est que pour les malades

Publié le par mémère

L’autre jour à la bibli, je regardais négligemment les titres pendant que Choupinette faisait une razzia sur les Geronimo Stilton de l’étagère d’à côté, quand l’un d’entre eux m’attire l’œil : « Tous les jours en vacances » (*). Je parcours le résumé en 4e de couv : « Aurore est furieuse. Sa meilleure amie vient de déménager et un drôle de garçon a pris sa place dans la maison d’en face. Avec l’aide de son frère, Aurore décide de l’espionner. Elle s’aperçoit rapidement que son voisin ne va même pas à l’école ! Par quel miracle est-il tous les jours en vacances ? »
Oh oh me dis-je, un roman pour enfant qui parle de non sco, merveille des merveilles, je l’emprunte sur ma carte à moi pour examiner la chose tranquille à la maison.
 
Début moyennement encourageant, bien que plutôt approximatif quant à la qualité de l’info. Page 38 : « […] (l’école) n’est pas obligatoire, c’est l’instruction qui est obligatoire. Ca signifie que les parents peuvent choisir de nous enseigner les matières obligatoires à la maison. C’est ce que maman fait, tous les matins. J’ai un programme comme toi. Et, chaque année, je passe un examen pour vérifier mes connaissances. »
 
La suite. Le petit Nicolas (car c’est bien lui) ne va pas à l’école parce qu’il est hémophile et il est quasiment séquestré par sa maman qui a peur qu’il se vide de son sang dans la cour de récré (alors que ça n’arrive pas qu’aux hémophiles, voir actualité). Mais lui, oh la la, il en crève d’envie d’y aller, à l’école ! C’est que ça le gave grave, de passer ses journées avec maman ! Pas drôle de pas avoir de copains, de bouquiner toute la journée assis au pied d’un arbre (bonjour la caricature). Heureusement, sa copine Aurore va habilement réussir à lui faire passer une journée à l’école sous une fausse identité. Le pied intégral. Nicolas fait ZERO faute à sa dictée, le truc qui n’arrive jamais d’habitude ! Comme quoi « l’école à la maison, ça marche aussi ». Le pire c’est qu’il n’a le droit qu’à une seule journée. « Demain, il reste à la maison. Plus de copains. Plus de zéro faute à la dictée. A la maison, ça ne doit pas faire le même effet. Personne pour vous admirer ou vous envier. ». Mémémémémé, qui l’eût cru, Monsieur le super-directeur ira convaincre la maman de Nicolas de l’inscrire définitivement dans son établissement de rêve. Tout est bien qui finit bien, donc.
 
Beuâââh… mais à quoi je m’attendais ? La maman du petit Nicolas va convaincre sa voisine la maman d’Aurore de déscolariser ses deux rejetons ? Bah non. Celui-là, il reste à écrire. A vos plumes ;-)
 
(*) "Tous les jours en vacances" de Geneviève Senger - Rageot Editeur - coll. Cascade

Publié dans libres d'école

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

flanelle 02/01/2007 14:44

Ah ben là, j'ai bien rigolé ! Tu as raison, faut qu'on l'écrive... puis qu'on l'édite...

avanaé 26/12/2006 01:42

Ber(k, alors ! Ben qui l'écrit ce  bouquin sympa ? Stéphanie, tu le publies, au cas z'où ? ;-))

Stéphanie 24/12/2006 16:22

Encore de la belle propagande, telle qu'on l'aime en France, hein!!! C'est vrai que ça serait chouette un petit roman sur la non-sco...

mémÚre 25/12/2006 11:45

Voire même toute une collection, "les aventures de XXXX" enfant libre" ;-)