Alors, bientôt Noël gnagnagnagna

Publié le par mémère

Je suppose que déjà pour une famille « normale » ça doit être gavant. Mais nous on ne fête pas Noël (je sais notre cas s’aggrave d’article en article).
 
L’adulte standard face à un enfant ne sait pas comment entrer en communication avec ce petit être étrange dont on ignore ce qu’il pense, comment il pense et peut-être même s’il pense. Il est donc commode d’avoir sous le coude une série de questions toutes faites qui peuvent se classer en quelques grandes catégories en fonction de la période de l’année, grosso modo :
 
-          De mi-août à début septembre : Alors, bientôt la rentrée ?
-          De début à mi-septembre : Alors, ça s’est bien passé la rentrée ? Elle est gentille la maîtresse ?
-          15 jours avant chaque période de vacances scolaires : Alors, bientôt les vacances ?
-          Pendant chaque période de vacances scolaires : Alors, c’est bien les vacances ?
-          De début décembre jusqu’au 25 : Alors, bientôt Noël ? T’as été sage cette année ?
-          Du 25 décembre à mi-janvier : Alors, il a été gentil le Père Noël ?
-          Spécial périodes creuses : Alors, ça va l’école ? Tu travailles bien ? T’es en quelle classe ?
 
Un rapide survol des questions ci-dessus suffit à constater que dans le cas de Choupinette, AUCUNE ne convient. L’adulte dépité, constatant que toute tentative d’entrer en contact avec ce spécimen d’enfant particulièrement hermétique est vouée à l’échec, n’a d’autre recours que de s’adresser à la mère elle-même pour tenter d’obtenir une explication justificatrice. Malheureusement la réponse de ladite mère, loin d’apaiser son trouble, le renforce encore.
 
-          Nan, elle va pas à l’école.
-          Nan, on travaille pendant les vacances.
-          Nan, on fête pas Noël.
 
Vous aurez noté que 3 réponses suffisent à toutes ces questions.
 
Eh bien finalement, l’échappement à l’Ecole de la République choque beaucoup moins que le crime de lèse-Père-Noël. J’ai même l’impression que parmi les critères de soupçon d’appartenance à une secte, cette abomination viendrait en premier.
 

Publié dans au niveau du vécu

Commenter cet article

Juliette 30/12/2006 14:32

Excellent :-DComme je débute moi c'était: (échantillon)Pendant la grossesse: "Vous savez ce que c'est?" (chais pas... un bébé humain, non??)Après: "Elle fait ses nuits?" ou variante "Elle vous embête pas trop la nuit?" grrrrr

mémÚre 30/12/2006 22:40

Ah moi aussi je répondais "un être humain je crois" :-D

béné 23/12/2006 07:03

je m'étais fait les mêmes réflexions :-D

lecolealamaison 21/12/2006 22:23

J'adore cette note ;-) Dans le même style : t'es un garçon ou une fille (question posée aux garçons à tignasse libre...) ?

Pascale 21/12/2006 14:04

Arf, oui, c'est vrai !!!! le genre de phrases qui me gonflent et que je ne pose jamais volontairement, na ! je demande souvent : "bonjour, comment tu vas ?" ...parce-qu'un enfant n'est pas qu'un écolier, ni un receveur de cadeaux !ps : t'as oublié quand un bébé vient de naitre dans une famille :  alors, il est gentil le petit frère / la petite soeur ? t'es content de l'avoir ?

mémÚre 21/12/2006 14:12

Ah oui mais ça j'ai pas eu, y a qu'un seul enfant chez nous. Par contre le bien gaffeur "T'aimerais pas avoir un p'tit frère ou un 'tite soeur ?". Y a des arrachages d'yeux qui se perdent groumph :-(