Non mais ça va pas de me faire des peurs pareilles ?

Publié le par mémère

Alors déjà que je me sentais limite coupable d’être restée jusqu’à pas d’heure à essayer de mettre en route ce nouveau joujou (*), ce matin, ayant été réveillée (**) par Pounet qui rentrait faire sa pause café à une heure où j’aurais déjà dû être en train de vaquer, j’entends un hurlement déchirant de pécé en détresse. Aaargh ! Il a pas dû digérer le bloblog, me dis-je, je le savais bien que c’était mal :-(
Bref, au démarrage, rafales de bips et écran noir. Bon. Mon diagnostic de pro du plantage : carte vidéo HS, y a pu qu’à l’emmener chez le docteur. Je me programme ça dans une aprèm déjà un peu top-full pour cause de prépa d’anniv de Pounet et cours de violon de Choupinette. Mes dernières sauvegardes datent de deux mois, j’ai toute ma compta là-dedans, ben tiens bonne nouvelle, je suis en vacances :-D
Mais qu’avisai-je en levant les yeux de dessus mon assiette en plein déjeuner ? A la place du trou noir de ce matin, le zouli fond d’écran pimpant de ma Choupinette est reviendu ! C’est Pounet qui l’a réparé à coup de pied. Ca sert d’avoir été technicien de maintenance.
 
 
(*) Après réflexion, la réponse à la question posée hier me semble effectivement être le besoin d’un nouveau joujou. Je suis toujours une gamine.
 

(**) Bon je me suis couchée (trop) tard indiscutablement, et le coucher lui-même n’a pas été des plus simples. Normalement quand je me couche à une heure honteuse, j’essaie de ne réveiller personne. Comme je dors du côté opposé à la porte, il me faut faire le tour du lit ce qui peut s’apparenter à une course d’obstacles, dans le noir bien sûr ; après avoir trébuché sur les différentes paires de pompes abandonnées négligemment, renversé le pupitre (en métal) contre la fenêtre et ainsi déstabilisée, m’être envoyé le montant de la mezzanine (en métal itou) dans une quelconque partie de ma personne, au moment d’aborder le lit familial (oui, nous sommes d’horribles marginaux jusqu’au bout et nous dormons honteusement en famille), je me rends compte qu’il y a déjà deux personnes endormies à MA place. Et une personne endormie pesant le poids de deux personnes éveillées, deux personnes endormies pèsent arithmétiquement le poids de quatre personnes éveillées, impossibles à déplacer comme ça l’air de rien. Il m’a donc fallu m’insérer sournoisement sous le tas humain en le poussant millimètre par millimètre pour réussir à poser mon intégralité dans MON lit à MA place sous MON morceau de couette. La mezzanine ? C’est pour que Choupinette puisse bouquiner tranquille quand son père fait la sieste. Mais y dormir la nuit, non.

 

Publié dans au niveau du vécu

Commenter cet article

Juliette 30/12/2006 14:05

Quelle épopée ;)Il paraît que statistiquement les femmes dorment majoritairement du côté opposé à la porte.Bienvenue dans la blogosphère!

mémÚre 30/12/2006 22:40

Ah oui ? C'est marrant ce que tu dis parce qu'on a déménagé y a un an, avant je dormais à droite (du côté opposé à la porte), quand est arrivés dans la nouvelle maison je me suis remise à droite (à côté de la porte), et je dormais très mal. Je me suis remise du côté opposé et c'est impec !
Merci pour la bienvenue :-)